Torment est un jeu vidéo développé par les studios Black Isle et basé sur le jeu de rôle Donjons et Dragons. Contrairement à bon nombre de ses acolytes, il a la caractéristique bienvenue de privilégier les dialogues et les interactions entre personnages par rapport aux combats dont la plupart peuvent être évités. Torment est donc une sorte de roman interactif dont on déciderait de la destinée du personnage principal : Sans-nom.

Un homme se réveille dans une morgue totalement amnésique, allongé sur une table d’autopsie. A coté de lui, un crâne volant lui apprend qu’il se trouve à Sigil (une ville aux multiples portails donnant sur différents plans et régie par l’énigmatique Dame des douleurs), qu’il est mort et que ce n’est pas la première fois qu’il se réveille ainsi. Le choc passé, Sans-nom se lance à la poursuite de son identité et surtout de sa mortalité.

« Qu’est-ce qui peut changer la nature d’un homme ? » Voici la question qui vous sera posée tout au long de ce jeu au fur et à mesure de la quête de Sans-nom. A travers les multiples échanges avec les personnages vous aborderez les thèmes de la vie, de la mort, de l’immortalité, de l’amour, des souvenirs, de la responsabilité de nos actes envers autrui, des remords et de la rédemption.

Bien qu’assez sombre, le jeu n’est pas dénué d’humour parfois très noir mais parfois aussi totalement loufoque. Certains dialogues (mention spéciale pour le moment où Sans-nom consulte la sphère dans laquelle il a consigné ses souvenirs) sont plein de poésie.

Question gameplay, le jeu offre une liberté totale. Il n’y a pas de classes choisies à l’avance. C’est à nous de choisir ce que sera Sans-nom tout au long du jeu. Si vous voulez le faire devenir mage, vous n’avez qu’à parler à un mage pour qu’il vous enseigne les rudiments du métier. Pour ce qui est de l’alignement, il sera défini en fonction de vos actions. Au niveau des caractéristiques, étant donné que la plupart des combats peuvent être évités, vous pouvez booster votre personnage pour les interactions sociales.

Le graphisme en 2D isométrique bien que vieilli reste tout de même bien sympathique. Les animations des sorts sont absolument géniales. La musique quant à elle, tantôt inquiétante et tantôt envoûtante souligne formidablement les actions.

Planescape : Torment bien que daté reste un modèle en matière de scénario et d’intrigue. Et malgré le temps qui passe, à l’image de Sans-nom, le jeu ne prend pas une ride.

Pour finir, la bande-annonce du jeu.